Les oiseaux rares (2020)

Paviot Hugo

À Vitry-sur-Seine, Sihem, jeune franco-algérienne de 23ans, fait sa rentrée en première littéraire au microlycée, un établissement d’enseignement alternatif pour élèves décrocheurs. Elle loge à la résidence autonomie Auguste Blanqui, où, lors d’un atelier mémoire, elle fait la connaissance d’Emile, dit Zapata, vieux séducteur révolutionnaire de 82ans. Sihem ne croit pas en une société qui, pense-t-elle, la stigmatise et ne lui offre pas d’avenir. Zapata cherche un sens à cette vie qui s’achève. Avec la complicité d’Hélène, la prof préférée de Sihem, et de Rose, directrice de la résidence, ils vont entreprendre un voyage en Algérie qui sera le premier pour la jeune femme, le dernier pour son ami. Là, ils rencontrent Achir, jeune Algérien désabusé, qui rêve d’une vie meilleure sur l’autre rive de la Méditerranée. La mort inéluctable, mais aussi des sentiments profonds, unissent ces personnages, par-delà leurs différences, dans une bravade commune: ne pas trahir ses rêves pour, le moment venu, aboutir sa vie plutôt que la finir.

  • - Année de publication : 2020
  • - Pages : 224
  • - Éditeur : Seuil
  • - Langue : Français

A propos de l'auteur :

Paviot Hugo :

Hugo Paviot est né en 1972. Dramaturge et metteur en scène, il est l’auteur d’une dizaine de pièces, pour lesquelles il reçoit plusieurs prix littéraires. Il anime de nombreux projets culturels en direction de publics en difficulté, en prison, ainsi qu’en milieu scolaire. Il intervient notamment depuis 2011 au microlycée de Vitry-sur-Seine,établissement d’enseignement alternatif pour élèves décrocheurs. Il est nommé en 2019 chevalier de l’ordre des Palmes académiques.

Photo : Bénédicte Roscot

La maison d'édition :

Seuil :

L'ambition des fondateurs du Seuil est aujourd'hui intacte et plus utile que jamais. Fort de ces convictions, Le Seuil est désormais au premier rang des maisons généralistes, présent dans tous les domaines éditoriaux : littératures française et étrangère, thrillers et policiers, sciences humaines, documents, spiritualités, sciences, jeunesse et beaux-livres.

5|5
2 avis
5 Commentaires
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

  • Rihabbel
    16 novembre 2020

    Livre très intéressant facile à lire qui est adapté à tous lecteurs surtout aux collégiens et lycien avec un langage courant et familier. On peut s'identifier à n'importent quelles personnes avec plusieurs points de vue. Les étudient peuvent d'identifier à Sihem et sa façon de voir la scolarité, puis l'aimer avec elle. On s'attache aux amitiés et à tous les personnages donc quand il se passe un évènement triste nous sommes triste. Nous sommes face à deux personnages opposés malgré leurs origines communes et le fait que chacun les Reni. Achir aimerait réussir mais son pays ne lui en donne pas les moyens et alors que Shiem la France lui donne les moyens de réussir mais n'y vois pas l'intérêt à causse de ses origines.

  • Jules.CK
    17 novembre 2020

    Ce roman intrigant nous dévoile la vie de deux personnages que tout oppose mais que tout unit . Chacun aurait aimer avoir la vie de l'autre . Ce pari fou va devenir réalité à l'aide de Zapata, un homme agé à la foi drôle et touchant. Un livre poignant, adapté à tous .

  • Isabelle
    24 novembre 2020

    On commence par découvrir trois personnages principaux qui n’ont dans un premier temps aucun point commun si ce n’est qu’on peut dire qu’ils sont "écorché de la vie". -Silhem "décrochée scolaire" qui reprend ses études dans un micro lycée. -Émile alias Zapata 82 ans, Vieux monsieur au sacré tempérament et au passé très chargé. -Achir,  jeune Algérien qui rêve d’un ailleurs. On y aborde beaucoup de thèmes: les difficultés, les doutes de chacun… Puis petit à petit,on va voir se nouer de belles relations entre eux et de belles amitiés. Beaucoup de personnages secondaires qui ont aussi une grande importance. Beaucoup de thèmes abordés de société à la limite un peu trop peut-être.

  • Martine
    24 novembre 2020

    Quand je rentre aussi vite dans un premier roman, en général, je mets une bonne note !! L’auteur nous emmène entre l’Algérie et la banlieue parisienne, avec aussi des séjours en Bretagne avec les oiseaux. Les oiseaux rares ce sont les héros ordinaires de ce roman. 5 personnages principaux tous un peu cabossés par la vie, avec des espoirs, des peurs, des regrets. On les rencontre dans de courts chapitres et dans le fil du roman ils vont tous être reliés. Les phrases sont belles et courtes, il n’y a pas de dialogues, chaque conversation ou émotion étant relatée par les personnages respectifs. Ce style indirect peut surprendre mais une fois pris par l’histoire c’est très agréable. On découvre Sihem jeune franco-algérienne décrocheuse scolaire mais qui tente de reprendre ses études dans un micro-lycée Elle est hébergée dans une résidence pour séniors autonomes où on va découvrir Emile un octogénaire qui se fait appeler Zapata une amitié très forte va naitre entre eux. A Alger Achir malmené par la vie, travaille avec son oncle et vit de petits trafics et rêve d’avoir un visa pour la France. Ensuite il y a Rose jeune femme abandonnée par le père des ses 2 filles, elle dirige la résidence sénior. Et puis il y a Hélène, prof de Français investie dans le micro-lycée, et qui aide tous ces jeunes décrocheurs à retrouver confiance et fierté en enseignant avec passion les grands auteurs. C’est un roman qui fait du bien, les personnages sont attachants et pleins d’humanité. Au fil des chapitres, nous partageons leurs moments difficiles, leurs peines, leurs doutes, leurs victoires, leurs joies. Ce roman est un joli cours de bienveillance, d’entraide sans préjugés pour que chacun trouve sa place. Il y a longtemps que je n’avais pas été aussi émue. Étant très madeleine, j’ai pleuré et cela fait du bien de se laisser émouvoir par un roman. Donc j’aimerai rencontrer l’auteur. Construction du roman agréable et confortable Le sujet de ces cabossés est très bien traité Une belle écriture et j’espère qu’il écrira un second roman

  • Marie Hélène
    24 novembre 2020

    C’est bien évidemment car cela parle de relations qui font grandir chacun. “Un peu roman à l’eau de rose” .