Les Falaises (2020)

DeChamplain Virginie

V. vient d’apprendre que l’on a retrouvé le corps sans vie de sa mère, rejeté par le Saint-Laurent sur une plage de la Gaspésie, l’équivalent « du bout du monde ». Elle regagne là-bas, brusquement, sa maison natale, et se confectionne une « île » au milieu du salon venteux, lieu désigné pour découvrir et mieux effacer – ou la ramener – l’histoire des femmes de sa lignée à travers les journaux manuscrits de sa grand-mère. V. se voit prise dans sa lecture, incapable de s’en détacher. Sa seule échappatoire réside derrière le comptoir d’un bar au village, dans une chevelure rousse aérienne, et s’appelle Chloé.

Les Falaises fait le récit d’un chaos à dompter, d’un grand voyage onirique, historique et féminin, qui de la Gaspésie à l’Islande réunit ces survivantes de mère en fille qui admettent difficilement être de quelque part, préférant se savoir ailleurs et se déraciner à volonté.

Pour vous procurer le livre au Québec : Les Libraires

Pour vous le procurer en France : La Librairie du Québec à Paris

  • - Année de publication : 2020
  • - Pages : 224
  • - Éditeur : La Peuplade
  • - Langue : Français

A propos de l'auteur :

DeChamplain Virginie :

Virginie DeChamplain est née et a grandi au bord du fleuve, à Rimouski. Ils ne se sont jamais vraiment quittés. Les Falaises est son premier roman.

Crédit photo : Fullrez

La maison d'édition :

La Peuplade :

La Peuplade publie depuis 2006 des livres de fiction, des récits, de la poésie et des traductions de romans inspirants d’où qu’ils proviennent. De son phare, La Peuplade tient le cap sur une littérature actuelle convaincue, signée, nécessaire. Bouger, agir, évoluer, prendre part au dialogue, construire une époque, formuler des…

-|5
0 avis
1 Commentaires
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

  • matab
    2 octobre 2020

    Quel beau récit, fluide, simple, qui nous transporte derrière sa narratrice, avec laquelle on poursuit la quête qui devient nôtre. On se laisse littéralement porter, en entendant chanter la langue québécoise. À ne pas manquer !