L’Enfant céleste (2020)

Simonnot Maud

Un premier roman à la manière d’une ode à la nature impétueuse et à l’immensité du cosmos et de l’amour. Entre ciel, mer et terre, mêlant la destinée de ses personnages à celle de Tycho Brahe, illustre astronome du XVIe siècle, Maud Simonnot nous offre une parenthèse que l’on voudrait ne jamais refermer.

À la recherche d’un refuge pour son fils, Célian, et pour panser les plaies encore douloureuses d’un chagrin d’amour et des cicatrices réouvertes, Mary s’échappe sur l’île de Ven, au large du Danemark où a vécu quatre siècles auparavant le mystérieux Tycho Brahe, l’astronome et découvreur du ciel qui les fascine tous les deux. Sur les traces de l’étrange destinée de ce chasseur d’étoiles qui y installa le premier et prodigieux observatoire astronomique, Mary et Célian s’accordent une trêve, loin du vacarme du monde. Dans cette nature sauvage, si puissante et si forte, mère et fils renouent avec la pureté et l’intensité des odeurs, des couleurs, des sensations étouffées par le béton et leurs cœurs suppliciés, et tentent de retrouver leurs repères, entre le rivage tempétueux, les pentes verdoyantes et l’immensité des cieux étoilés.
Maud Simonnot nous plonge dans un monde qui décuple chacun de nos sens et nos perceptions tandis que s’ouvre devant nos yeux l’infini du cosmos et se livrent, dans une délicate retenue, ses personnages. Comme une fenêtre sur l’histoire de l’humanité, dans l’écrin de ce moment suspendu, L’Enfant céleste mêle grandes et petites destinées pour raconter avant tout l’amour inconditionnel d’une mère pour son fils et la pureté de l’enfance, ultime espace de liberté, où tout encore est possible, beau et préservé – comme cette voûte étoilée intouchée qu’admirait Tycho Brahe.

  • - Année de publication : 2020
  • - Pages : 170
  • - Éditeur : l'Observatoire
  • - Langue : Français

A propos de l'auteur :

Simonnot Maud :

Maud Simonnot est éditrice. Sa biographie de l’écrivain Robert McAlmon, La nuit pour adresse (Gallimard, 2017), a reçu le prix Valery-Larbaud et a été finaliste du prix Médicis essai. L’Enfant céleste est son premier roman.

Crédit photo : Audrey Dufer

La maison d'édition :

l'Observatoire :

Maison d'édition généraliste, les Éditions de l'Observatoire ont pour ambition de publier des livres témoins de notre société.

4|5
3 avis
8 Commentaires
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

  • Martine
    24 novembre 2020

    Un roman poétique, fin , d'une grand sensibilité, à 2 voix.   Très belle relation entre une mère qui subit de plein fouet la rupture d'avec son compagnon et son petit garçon de 10 ans, surdoué, émerveillé par la nature, sensible mais qui ne parvient pas à trouver sa place dans le système scolaire. Ces 2 là vont se reconstruire peu à peu en partant sur les traces d'un astronome danois du 16ème siècle dont l'histoire et la destinée particulière les passionnent. (l'enfant se prénomme Célian et son institutrice dit qu'il est "ailleurs", "dans les nuages") Ils s'installent plusieurs mois dans une pension sur une Ile au large du Danemark et vont y croiser 3 personnages qui chacun à leur manière vont les aider à avancer. La nature, lumineuse, est présente à chaque page, L'écriture est belle, délicate à l'unisson des paysages. Seul petit bémol : les passages sur l'histoire de l'astronome que j'ai trouvés  longs (sans doute parce que je ne me passionne pas pour les étoiles !)

  • Marie-Hélène
    24 novembre 2020

    Rien ne vaut un livre . Toucher la texture du papier, apprécier la dorure des lettres. Les paragraphes sont espacés, cela donne du large, un sensation de légèreté. L’espace. Très beau livre à deux voix. Beaucoup de délicatesse, de sensibilité pour raconter l’histoire de cette mère et de son fils. Du respect et de la compréhension pour cet enfant qui a sa propre manière de voir le monde et qui a eu à souffrir des réactions négatives de son environnement. Belle écriture. Se lit facilement. Envie de le relire.

  • Isabelle
    24 novembre 2020

    Très bon roman lumineux. Au départ, on se trouve à Paris, les deux personnages principaux sont en difficultés : l’enfant qui n’arrive pas à être comme les autres et à s’adapter à l’école, problème de l’enfant surdoué et la mère qui vient de vivre une rupture amoureuse. Les deux sont très proches et se retrouvent souvent autour de l’histoire de Tycho Brahe, extravagant personnage de la renaissance, un astronome qui est parti vivre sur une île de la mer Baltique. Ils décident de partir vivre un temps sur cet île à la recherche de cet astronome mais assez vite cette recherche est subsidiaire et ils sont surtout à la recherche d'eux-mêmes par le biais de cette nature superbe et aussi par les rencontres qu'ils vont faire. Ce roman pourrait être un magnifique film. Une remarque : le père du gamin est complétement absent dans ce roman.

  • Simone
    14 décembre 2020

    Un récit étoilé sur la différence, le mal d'aimer, la recherche de soi. Agréable à lire, plein d'espoir et de sincérité. L'alternance des récits de la mère et du fils sont intéressants.

  • Vincent
    14 décembre 2020

    Ecriture très ambitieuse et réussie. Et pourtant, il ne se passe rien ; et le peu qui est rapporté l'est par petites touches économes, délicates, sensibles, tout en effacement. L'association de ces riens réussit à exprimer comment la narratrice peut se réconcilier avec elle-même grâce à sa relation à son fils, son immersion dans la nature, son élévation vers le cosmos et la grande histoire des hommes.

  • Stéphanie
    14 décembre 2020

    Quelle douce histoire ! Les personnages de la mère et du fils, fuyant tous les deux pour l'une la réalité de sa rupture amoureuse et pour l'autre le système scolaire qui ne le comprend pas, se retrouvent sur une île nordique,l'île de Ven, au milieu des étoiles,de la littérature, de la nature et surtout, de la reconstruction. J'ai adoré la finesse et la délicatesse de la narratrice, ainsi que la pureté dégagée par Célian, son fils. A lire !

  • Lauriane Arnaud
    3 janvier 2021

    Beau touchant poétique bien écris, à lire !

  • christian legrand
    29 janvier 2021

    Ce roman est une ode à la nature et au cosmos, dévoile le regard plein de tendresse d’une mère pour son fils, exprime la guérison des blessures intérieures au contact de relations simples et de la nature sauvage. Les chapitres brefs rythment cette aventure estivale mêlant personnages vivants et historiques. Shakespeare s’invite dans le roman. Les phrases courtes donnent un rythme enlevé, les mots simples et précis laissent notre imaginaire s’épanouir et la poésie s’installer tel le titre « l’enfant céleste » illustre le thème du livre et le regard tendre et admiratif d’une mère pour son fils. Enfin de l’amour et de la bienveillance…(note:4,5)