Le Tiers-Temps (2020)

Besserie Maylis

Rue Rémy-Dumoncel, dans le quatorzième arrondissement de Paris, se trouve un immeuble blanc – une maison de retraite baptisée Le Tiers-Temps. Au milieu de la cour, un arbre solitaire. Parmi les résidents, un grand échalas, au visage sombre mais aux yeux encore perçants, joue avec ses souvenirs où se mêlent deux langues, l’anglais de son Irlande natale et le français de son exil littéraire. Ce vieux monsieur s’appelle Samuel Beckett.

 

Ce premier roman dévoile un Beckett surprenant, attendant la fin (un comble), devenu pour ainsi dire l’un de ses propres personnages. On voit défiler les épisodes qui ont marqué son existence, mais aussi la vie quotidienne au Tiers-Temps, où Beckett a réellement résidé. On est saisi par une émotion grandissante à mesure que le roman accompagne le grand Irlandais vers son dernier silence.

  • - Année de publication : 2020
  • - Pages : 184
  • - Éditeur : Gallimard
  • - Langue : Français

A propos de l'auteur :

Besserie Maylis :

Maylis Besserie est née à Bordeaux et vit désormais à Paris, elle est productrice de radio. Le Tiers Temps est son premier roman.

Photo : F. Mantovani

La maison d'édition :

Gallimard :

Les Éditions Gallimard ont été créées en 1911 par Gaston Gallimard, André Gide et Jean Schlumberger. Aujourd'hui, leur catalogue d'environ 30 000 titres, 9000 auteurs et 240 collections, fait de cette maison l'un des leaders de l'édition française.

3|5
2 avis
4 Commentaires
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

  • Br W
    14 novembre 2020

    Les derniers jours de Samuel Beckett Il chemine le long de sa vie comme dans les rues de Paris. Croisant le souvenir de ses amis, ses amours, ses défunts, anges et démons Nous partageons ses états d’âme. Ce vieil homme se retourne sur sa vie avec nostalgie bien sur mais aussi avec humour (l’humour Anglo Saxon !). C’est souvent tendre mais aussi grinçant, cruel, douloureux certainement Un regard sans complaisance sur ses vieux jours, sans prétention face à ses succès. Un succès qui est bien dérisoire à côté de la douleur de vieillir, la détresse de se sentir seul et sans illusion sur la suite... « Il faut toujours que ça grince là ou on ne s’y attend pas «  Une très belle écriture

  • François
    24 novembre 2020

    Dans ce premier roman, l'auteure relate fictivement les 5 derniers mois de la vie de Samuel Beckett qu'il a passé à la maison de retraite "Le Tiers Temps". Beckett a 83 ans, a de l'emphysème, est diminué par la maladie de Parkinson. Il se demande comment il en est arrivé là, "demi clochard, sans dents..." Pendant ces 5 mois, l'auteure évoque à travers le journal fictif de Beckett, les souvenirs parfois délirants de son Irlande, de son grand ami J.Joyce, de sa mère, de son œuvre, de sa maison, de son éditeur J.Lindon, de sa mort.... Cette vie, évoquée souvent inconsciemment, est en perpétuel écho à la vie quotidienne du "Tiers Temps", ses promenades, les autres résidents, le personnel soignant.... Ce roman, construit en 3 parties, aurait certainement mérité une meilleure connaissance de l’œuvre du prix Nobel de littérature pour mieux le comprendre et profiter de toute sa richesse. Plusieurs références méritent des éclaircissements. Cependant ce livre qui traite d'un sujet douloureux, la fin de vie, se lit sans trop de "pathos", l'auteure a su alléger son propos en nous décrivant un "Beckett" attachant, plein d'autodérision; La lecture est agréable, bien rythmée, un peu longue à la fin à moins que l'auteur ait sciemment voulu nous emmener dans la richesse de l’œuvre de Beckett encore largement inaccessible pour moi.

  • Isabelle
    24 novembre 2020

    Ce livre parle de la fin de vie de Samuel Beckett qui réside à la maison de retraite médicalisée "Le tiers-temps". Le livre est construit avec des chapitres où c’est Samuel Beckett qui se raconte à la fois sur sa vie, sa relation avec sa mère, son attachement à l'Irlande, son œuvre, ses relations et aussi sa perception des personnes qui interviennent auprès de lui à la maison de retraite et d’autres chapitres où c’est le personnel soignant qui transcrit les soins, les observations qu’ils font sur l’état de santé de Samuel Beckett. Beaucoup de référence à son œuvre mais qui ne m’ont pas forcément fait écho d’où la difficulté à lire par moment. Livre qui se lit mais sans plus.

  • Marie Hélène
    24 novembre 2020

    Samuel Beckett s’est surtout fait connaître par l’écriture de “En attendant Godot”. C’est la description et le partage de l’ennui, de l’attente dans une pièce de théâtre où il ne se passe rien. (J’ai vu la pièce, il y a très longtemps, et je n’ai jamais eu envie de la revoir) L’absurdité de la vie en attendant la mort. L’attente se termine, la mort est là pour l’auteur qui avait fait scandale. C’est un peu pénible, c’est comme une revanche de rentrer dans l’intimité du dénuement de celui qui avait tant agacé. C’est la réalité d’une fin de vie, mais je ne suis pas sûre que j’avais envie de lire les derniers mois de la vie de Samuel Beckett. Drôle d’idée.