Le passeur (2020)

Coste Stéphanie

Quand on a fait, comme le dit Seyoum avec cynisme, « de l’espoir son fonds de commerce », qu’on est devenu un des plus gros passeurs de la côte libyenne, et qu’on a le cerveau dévoré par le khat et l’alcool, est-on encore capable d’humanité ?

C’est toute la question qui se pose lorsqu’arrive un énième convoi rempli de candidats désespérés à la traversée. Avec ce convoi particulier remonte soudain tout son passé : sa famille détruite par la dictature en Erythrée, l’embrigadement forcé dans le camp de Sawa, les scènes de torture, la fuite, l’emprisonnement, son amour perdu…

A travers les destins croisés de ces migrants et de leur bourreau, Stéphanie Coste dresse une grande fresque de l’histoire d’un continent meurtri. Son écriture d’une force inouïe, taillée à la serpe, dans un rythme haletant nous entraîne au plus profond de la folie des hommes.

  • - Année de publication : 2020
  • - Pages : 131
  • - Éditeur : Gallimard
  • - Langue : Français

A propos de l'auteur :

Stéphanie Coste (c) Francesca Mantovani - Editions Gallimard Coste Stéphanie :

Stéphanie Coste a vécu jusqu’à son adolescence entre le Sénégal et Djibouti. Elle vit à Lisbonne depuis quelques années. Le Passeur est son premier roman.

Crédit photo :  Francesca Mantovani – Editions Gallimard

La maison d'édition :

Gallimard :

Les Éditions Gallimard ont été créées en 1911 par Gaston Gallimard, André Gide et Jean Schlumberger. Aujourd'hui, leur catalogue d'environ 30 000 titres, 9000 auteurs et 240 collections, fait de cette maison l'un des leaders de l'édition française.

5|5
2 avis
3 Commentaires
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

  • Jacques
    10 août 2021

    J’aime quand j’ai besoin d’un temps de silence à la fin d’un roman. C’est le cas cette fois-ci. Le sujet est dur, actuel, effrayant pour des gens vivant dans un monde qui ne connaît pas une telle violence. L’écriture puissante, vive porte le lecteur d’un bout à l’autre du chemin. Merci

  • Dima
    14 août 2021

    Un roman fort et sans aucune concession qui interroge sur la part d’humanité qui reste quand on a tout subi et tout perdu . A chacun de lire !

  • Paola - Groupe Esprit Livre - Turin
    26 septembre 2021

    J’ai refermé ce livre avec le cœur lourd. Tout le monde s’émeut des vicissitudes des migrants, mais personne ne se penche vraiment sur les méfaits des passeurs, ces louches personnages qui s’enrichissent sur la peau des autres êtres humains. Voilà qui est fait, et ce roman ( ?) troublant de bout en bout, nous ouvre une fenêtre sur l’abîme de l’âme humaine. Ce que j’ai le plus apprécié de ce texte est le langage : cru, lucide, sans aucune concession à la compassion. Un livre admirablement écrit, à lire et faire lire.