Le démon de la Colline aux Loups (2021)

Rouchon-Borie Dimitri

Un homme se retrouve en prison. Brutalisé dans sa mémoire et dans sa chair, il décide avant de mourir de nous livrer le récit de son destin.

Écrit dans un élan vertigineux, porté par une langue aussi fulgurante que bienveillante, Le Démon de la Colline aux Loups raconte un être, son enfance perdue, sa vie emplie de violence, de douleur et de rage, d’amour et de passion, de moments de lumière… Il dit sa solitude, immense, la condition humaine.

Le Démon de la Colline aux Loups est un premier roman. C’est surtout un flot ininterrompu d’images et de sensations, un texte étourdissant, une révélation littéraire.

  • - Année de publication : 2021
  • - Pages : 240
  • - Éditeur : Le Tripode
  • - Langue : Français

A propos de l'auteur :

Dimitri Bouchon-Borie Rouchon-Borie Dimitri :

Dimitri Rouchon-Borie est né en 1977 à Nantes. Journaliste au Télégramme, il est spécialisé dans la chronique d’affaires judiciaires ; il interroge avec la même attention les faits divers les plus anodins comme ceux les plus violents. Il est l’auteur du recueil Au tribunal, chroniques judiciaires (Manufacture de livres, 2018). Le Démon de la Colline aux Loups est son premier roman.

La maison d'édition :

Le Tripode :

La maison d'édition est née en 2013. Depuis ses débuts, elle est au service d'auteurs dont elle admire la liberté de privilégier la sensibilité aux doctrines, comme Jacques Abeille, Robert Alexis, Edgar Hilsenrath...

5|5
5 avis
5 Commentaires
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

  • Agnès
    11 octobre 2021

    Impressionnant ! Se lit d'une traite. Duke cherche désespérément une lueur d'espoir, lui qui vit avec le sentiment d'être perdu depuis sa plus tendre enfance, faite de violence et de mépris. Il est tourmenté à l'idée de ressembler à son père et veut tout essayer pour l'éviter. Au moins, il demandera pardon, avec "les yeux qui pissent", selon son "parlement". Vraiment très fort !

  • Véronique
    26 octobre 2021

    Un livre puissant qui ne peut pas laisser indifférent ! Ce récit glaçant d'une violence familiale extrême pourrait être une histoire de plus sur la noirceur humaine, mais il est porté par une écriture incroyable qui le font sortir du lot. Les mots sont forts, parfois terriblement naïfs et parfois poétiques. Duke, le narrateur, n'a eu accès au langage que tardivement et c'est avec un "parlement" qui lui est propre qu'il dévoile son histoire sans fausse pudeur et sans rien épargner au lecteur. Âmes sensibles, prenez garde, ce livre est une bombe !

  • Paola - Groupe Esprit Livre - Turin
    1 novembre 2021

    La lecture de ce roman demande d’avoir le cœur bien accroché, tant l’horreur est partout. L’auteur étant chroniqueur d’affaires judiciaires, c’est à supposer qu’il se soit inspiré de faits réels, ce qui rend ce récit - si possible - encore plus épouvantable. Ici, aucun répit pour le protagoniste, jusqu’à sa fin il devra se confronter au Démon installé dans son âme, mais, crânement, il n’aura de cesse d’essayer de le chasser. Parmi tant d’autres - tout aussi percutantes - j’ai retenu cette phrase qui illustre et justifie, en un sens, le parcours de Duke : « Il faut comprendre que c’est trop dur de demander à un enfant qui a enduré d’avoir en plus la force de faire les bons choix c’est comme si vous demandiez à l’éclopé de marcher mieux que les autres ». À lire absolument.

  • Sylviane
    27 décembre 2021

    Coup de poing, coup de coeur pour cette confession insoutenable de Duke en prison. Récit comme une longue expiration /expiation sans ponctuation ou presque, lecture en apnée, un rythme à part qui nous laisse entrevoir encore une part d humanité sous l horreur absolue. On assiste abasourdi mais sans voyeurisme à la violence d une enfance massacrée qui mène inéluctablement Duke vers pire encore. P.51 " je vais écrire des choses sales et je voudrais que vous me pardonniez même si lire c est moins pire que subir on voudrait tous être epargnes". Moment de lecture très fort.

  • Didier Villette
    28 décembre 2021

    Un roman d’un très grande violence. Le narrateur nous retrace l’ensemble de sa vie, par un feed back depuis sa plus jeune enfance. On ne peut qu’avoir beaucoup d’empathie pour lui, devant toute la violence et les sévices sexuels qu’il a subit. Bien sur, jeune adolescent, il a tué, mais qui n’aurait pas tué à sa place, devant les outrages que celle qui lui donna la lumière de l’amour au fond d’un squat, vit à son tour. Un livre qui mérite vraiment d’être lu, et de rejoindre notre sélection finale.