L’aurore (2020)

Malaussène Pia

La narratrice traverse toute la France en voiture pour rejoindre son frère dans le Sud : elle vient lui annoncer que leur petite soeur, Agnès, vient d’être internée à Sainte-Anne. Mais il est difficile de parler avec lui qui refuse toute complicité et passe son temps plongé dans son arbre généalogique… La tension monte entre le frère et la soeur : ils n’ont rien en commun, sinon des souvenirs de leur enfance, en partie passée en Guyane, avec Agnès notamment… Agnès, dont les peurs enfantines ont été mal comprises par sa soeur aînée qui se le reproche amèrement, tandis que le frère s’enferme dans un mutisme glacé.
Que s’est-il véritablement passé dans ce vert paradis de la jungle guyanaise ? Quel est ce secret de famille qui a provoqué la folie d’Agnès ?

Pia Malaussène crée dans ce roman une ambiance oppressante, dense et inquiétante à l’image de la forêt équatoriale… Au coeur de laquelle elle laisse pourtant entrevoir des rais de lumière et une aurore

  • - Année de publication : 2020
  • - Pages : 112
  • - Éditeur : Mercure de France
  • - Langue : Français

A propos de l'auteur :

Malaussène Pia :

Pia Malaussène est née dans les années 1960 d’un père chercheur d’or. Elle passe son enfance en
Amazonie et vit aujourd’hui à Paris. L’aurore est son premier roman.

Photo : Francesca Mantovani

La maison d'édition :

Mercure de France :

A l'origine, Le Mercure de France est une revue française fondée en 1672 sous le nom de Mercure Galant. Elle devient une maison d'édition au XXe siècle, et publie les premières traductions de Nietzsche en français, l’éditeur publie les premiers textes de Paul Claudel, Colette, ou encore Guillaume Apollinaire, et…

4|5
4 avis
6 Commentaires
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

  • Didier Villette
    27 octobre 2020

    Un très court roman, ciselé au couteau. Chaque mot, chaque phrase sont des perles. Dans une forme de huit clos de quelques heures entre eux, un frère et une soeur adultes et installés dans une vie professionnelle et sociale, tentent de se parler. De nous faire comprendre ce mystère qui entoure la seconde soeur, qu’il a fallu interner après la fin de son doctorat portant sur les fractales. C’est puissant, énigmatique. Même le titre du roman se révèle un mystère !!! A lire absolument.

    • Dima
      9 novembre 2020

      Moi aussi , j’ai beaucoup aimé ce roman. Didier a su éveiller votre attention et je ne ferai que compléter en vous parlant de secret de famille, de généalogie et du bagne de Cayenne . L’écriture est vive ,agréable et belle. Savourez les phrases !

  • Br W
    14 novembre 2020

    « De l’enfance on est poussé dehors et l’on emporte trois fois rien des grandes choses qui en on fait l’ordinaire, pas-plus que des toutes petites qui en ont marqué la fin. » La narratrice tente de comprendre pourquoi sa jeune sœur sombre dans la folie. Le frère aîné détient ce terrible secret et elle traversera la France pour aller le lui arracher. C’est un récit prenant, que l’on lit d’une traite. L’auteur sait retenir le souffle de ses lecteurs. C’est une belle écriture À lire absolument

    • Dima
      3 décembre 2020

      Oui d’accord 😌 a lire !

  • Sylviane
    26 décembre 2020

    La narratrice part à la recontre de son frère aîné Christophe pour l informer de l internement de leur jeune soeur Agnès, "petite fille gâchée dans (une) enfance perdue". Non-dits, secret de famille dévoilé à la fin de ce court roman donnent la clef de la folie d Agnès. Malgré une belle ecriture, difficultés de s imprégner de chaque personnage, trop vite approché, trop vite brossé et déjà perdu.

  • odile
    15 janvier 2021

    A travers l'évocation de ses souvenirs (dont une enfance en Guyane), l'auteure analyse avec beaucoup de finesse les comportements de sa famille, l'amour profond qu'elle porte à sa jeune sœur dont elle tente vainement de comprendre les peurs qui l'envahissent et nourrissent sa folie. Le récit, servi par une écriture très riche, monte peu à peu en puissance avec beaucoup de subtilité pour garder le suspens jusqu'au bout.