La photographe (160)

Château Alaberdina Diane

De savoir ce que cela faisait d’être une autre femme, avec cette voix monotone et ces yeux d’une incomparable tristesse.»
Lud a grandi dans l’admiration d’Agafonova, écrivaine autour de laquelle gravitait toute la diaspora slave de l’Archipel Café, et de sa fille Taisiya. Lorsqu’elles se retrouvent à l’âge adulte et que Taisiya devient son modèle, un jeu ambigu se met en place entre la photographe et cette femme qui, en s’offrant nue devant son appareil, dévoile sa fragilité et ses fêlures.

  • - Année de publication : 160
  • - Pages : 2019
  • - Éditeur : Gallimard
  • - Langue : Français

A propos de l'auteur :

Château Alaberdina Diane :

Française d’origine russe-tatare, Diane Chateau Alaberdina a 25 ans. Elle a été lauréate du Prix du Jeune écrivain en 2018.
Le mot de l’éditeur : “Son premier roman, empreint d’une atmosphère mystérieuse, très troublante, explore la complexité de notre rapport à l’image et à un monde parfois vertigineux.”

Crédit photo : Francesca Mantovani

La maison d'édition :

Gallimard :

Les Éditions Gallimard ont été créées en 1911 par Gaston Gallimard, André Gide et Jean Schlumberger. Aujourd'hui, leur catalogue d'environ 30 000 titres, 9000 auteurs et 240 collections, fait de cette maison l'un des leaders de l'édition française.

2|5
1 avis
1 Commentaires
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

  • Massimo Groupe Esprit livre - Turin
    27 novembre 2019

    Lud, (la photographe) et son frère liés d'un amour quasi incestueux, un père photoreporterde guerre qui disparaît très vite au début du roman, Agafonova, écrivaine russe dont Lud et le frère subissent le charme d'une manière presque pathologique, Taisiya fille d'Agafanova, devenant modèle pour Lud en faisant l’amour avec son mari devant son objectif, et Milo, époux de Lud%: voilà les personnages qui agissent dans un contexte sombre qui m'a donné une sensation de malaise tout au long du roman.La fascination qu'Agafanova, une femme adulte, exerce sur Lud et son frère - qui ont fait sa connaissance lors qu’ils étaient presque des enfants - et les conséquences de cette fascination, constituent le fil conducteur de ce roman .«%La Photographe%» est un roman étrange . Le mérite de l'auteure est d'avoir été capable de créer une tension énigmatique et même érotique sans parler directement de sexe. En revanche la description des personnages , tout particulièrement d' Agafanova , n'est pas assez efficace pour justifier ce prétendu charme mystérieux. En plus, à mon avis, ce récit n’arrive pas vraiment à saisir le lecteur.