Des kilomètres à la ronde (2020)

Van Eecke Vinca

Ils sont adolescents quand ils se rencontrent à L., village perdu au fond de la campagne française. Elle vient y passer ses étés en famille depuis l’enfance, eux ont grandi là, bande de jeunes désœuvrés qui cherchent à exister malgré le crépi gris des façades. Ce jour-là, elle tombe amoureuse de Jimmy et devient la fille de la bande. Pour elle, ils sont les vivants, les incarnés, ceux qui flirtent avec les limites dans des visions de liberté et d’horizons repoussés. Ils l’appellent « la bourge », elle les surnomme « les autres ». Les années qui filent en quête de sensations vont sceller leur jeunesse. Premier amour, amitiés fraternelles, premiers drames, aussi. Ils vont vivre côte à côte
cet âge où tout devrait être possible.
Ancré dans la France rurale de la fin des années 90 et du début des années 2000, Des kilomètres à la ronde est le roman d’un apprentissage où s’éveille la conscience du déterminisme social. Il témoigne du gâchis des rêves et des corps quand l’ennui et le manque de perspectives gagnent du terrain. Construit sur des réminiscences, ce roman dessine aussi la géographie d’une mémoire : dans ce village assoupi, sur ces routes qui ramènent toujours au
même endroit, les événements infimes deviennent les souvenirs qui comptent et qui accompagnent, longtemps après que les mains se soient lâchées.

  • - Année de publication : 2020
  • - Pages : 208
  • - Éditeur : Seuil
  • - Langue : Français

A propos de l'auteur :

Van Eecke Vinca :

Vinca Van Eecke a 45 ans. Des kilomètres à la ronde est son premier roman.

Photo : Frédéric Aribit

La maison d'édition :

Seuil :

L'ambition des fondateurs du Seuil est aujourd'hui intacte et plus utile que jamais. Fort de ces convictions, Le Seuil est désormais au premier rang des maisons généralistes, présent dans tous les domaines éditoriaux : littératures française et étrangère, thrillers et policiers, sciences humaines, documents, spiritualités, sciences, jeunesse et beaux-livres.

4|5
2 avis
3 Commentaires
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

  • flavie.maes
    15 novembre 2020

    Nous avons beaucoup apprécié découvrir l'univers de Vinca Van Eecke dans son premier roman Des kilomètres à la ronde. C'est un beau roman sur le passage de l'adolescence à la vie adule. On ressent à travers son écrit la nostalgie que ressent l'auteur. A la base des ados qui n'avaient rien en commun, forcés par l'ennui de passer du temps ensemble, ont finalement réussi à s'apprécier et ont créé une vraie amitié. Le mélange de cette bande d'ados avec des caractères et des personnalités différentes crée un ensemble harmonieux et attractif. Nous avons aussi apprécié cette rencontre entre deux milieux sociaux que tout oppose ("la bourgeoisie " qui est représentée par l'auteur et "les campagnards, les déscolarisés..." qui est représenté par "les autres"). Ce que l'ont peut reprocher à cet ouvrage est que les analepses et les prolepses s'entremêlent et son parfois compliqués à comprendre ce qui nous perd dans la chronologie de l'histoire. On aurait aimé en savoir un peu plus sur certains personnages car certains noms reviennent souvent mais d'autres ne sortent que de temps en temps sans vraiment savoir d'où ils viennent. La relation entre Jimmy et la narratrice nous a aussi parue un peu oublié et effacé dans le déroulement de l'histoire surtout qu'on connait dès le début leurs sentiments sans qu'il ne se passe grand chose entre eux. Voici notre citation préféré: "Tu es beau, tu as la beauté des fous devant laquelle les poètes se prosternent". Carla, Elsa et Flavie

  • vernazelsa
    24 novembre 2020

    La douceur des jours d'été mais aussi la colère des oubliés. Elsa, 201

  • Sylviane
    25 novembre 2020

    Coup de coeur pour cette belle écriture en empathie avec cette bande de jeunes désoeuvrés, liés par l amitié. Ados, ils paraissent fantastiques presque héroïques. ..ils deviennent pathétiques. Les années passent, la même apathie. Parents,système scolaire, volonté individuelle : rien ne fait. "Leur fuite tournait en rond sans but et ne se payait que le luxe du temps perdu". Les séparations émaillent la fin du roman, restent les souvenirs et la nostalgie d une adolescence insouciante. J avais l espoir de les voir grandir au moins quelques uns..L ascension sociale en contre-pied au déterminisme sociale, ça existe parfois !