Cinq dans tes yeux (2020)

Bels Hadrien

Son surnom, Stress, c’est Nordine qui le lui a donné. C’était les années 90, dans le quartier du Panier, à Marseille, au-dessus du Vieux-Port. Il y avait aussi Ichem, Kassim, Djamel et Ange. Tous venus d’ailleurs,d’Algérie, des Comores ou du Toulon des voyous. Sur la photo de classe, à l’époque, Stress était facilement repérable, avec sa peau rose. Et sa mère, Fred, issue d’une vieille famille aristocratique, était une figure du quartier. La caution culturelle. Mais aujourd’hui, les pauvres ont été expulsés du Panier, les bobos rénovent les taudis et les touristes adorent arpenter ses rues tortueuses. Ses anciens potes sont devenus chauffeur de bus, agent de sécurité, dealer ou pire. Un peu artiste, un peu loser, Stress rêve, lui, de tourner un film sur son quartier d’enfance, et de leur faire rejouer leurs propres rôles de jeunes paumés, à coups de scènes colorées et d’arrêts sur image. Les descentes à la plage ou dans les boîtes de nuit, les bagarres et les parties de foot. On retrouve dans cette fresque drôle et acide le Marseille d’hier et d’aujourd’hui, ses quartiers, ses communautés. Tout est roman et tout sonne vrai, dans ce livre à l’écriture ultra-contemporaine, mixée d’arabe.

  • - Année de publication : 2020
  • - Pages : 256
  • - Éditeur : L'Iconoclaste
  • - Langue : Français

A propos de l'auteur :

Bels Hadrien :

« J’ai grandi à Marseille et jamais je ne quitterai ma ville. Je l’ai toujours regardée du coin de l’oeil, comme un gamin possessif. En écrivant ce livre, je me suis retrouvé enfin seul avec elle. Ça faisait longtemps que j’attendais ça. J’ai marché dans ses rues, senti ses odeurs, scruté ses visages marqués et je me suis moqué de ses nouveaux habitants. Elle m’a raconté ses histoires d’avant, ses blessures d’hier et d’aujourd’hui. Ensemble, nous avons eu un dialogue nerveux et passionnel. »

Photo : Ed Alcock

La maison d'édition :

L'Iconoclaste :

L’Iconoclaste s’est donné pour projet de mettre le livre au cœur de nos vies. Être Iconoclaste aujourd’hui, c’est choisir la beauté, le sens, une certaine qualité d’être, face au chaos du monde. C’est s’offrir le luxe de la perfection et de la maturation.

4|5
1 avis
1 Commentaires
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

  • Lauriane
    13 novembre 2020

    Rare les romans ou la ville est le centre de l'histoire, personnifiée par les mots de l’auteur, comme si les quartiers, les mobiliers, les rues étaient presque des gens. A travers la vie de “Stress”, de sa mère “Fred”, de ses meufs, c’est tout un univers qui s’ouvre, et des histoires de vie : l’ascenseur social bloqué, la débrouille du quotidien, la gentrification des quartiers, la rencontre entre bobos parisiens et marseillais de souche, les vagues d’émigrés qui façonnent la société, la culture “cool” qui se voudrait beaucoup mieux que les autres, la violence ordinaire…