Alias Janna (2020)

Makarius Milena

Alias Janna est le récit d’une découverte effrayante que fait l’auteure en 2014 dans les archives de la police secrète bulgare alors qu’elle accompagne sa fille qui réalise un documentaire sur ses origines. Cette révélation oppose la mère et la fille dans un conflit de générations à la recherche de la vérité et du passé. Coincée entre la fiction politique et la fable cinématographique qui la met au pied du mur, Milena Makarius remonte le fil de son histoire qui est à la fois la sienne et celle de son double au nom de code Janna. Elle donne voix aux fantômes du passé qui la conduisent à mesurer la loi du mensonge et du silence imposée par le régime totalitaire. Récit implacable où le réel sert la fiction – et la fiction, le réel.

  • - Année de publication : 2020
  • - Pages : 220
  • - Éditeur : Anne Carrière
  • - Langue : Français

A propos de l'auteur :

Makarius Milena :

Née en Bulgarie, Milena Makarius vit en France depuis vingt-cinq ans. Maître de conférences en littérature, elle partage son temps entre le dessin, la peinture et l’écriture.

Crédit photo D.R. ANNE CARRIERE

La maison d'édition :

Anne Carrière :

Les Éditions Anne Carrière sont fondées par un couple : Anne et Alain Carrière en 1993. Cette maison d'édition indépendante, installée à Paris, porte le nom de sa créatrice, fille de l'éditeur Robert Laffont.

3|5
1 avis
1 Commentaires
Laisser un commentaire

Répondre à christian legrand Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

  • christian legrand
    29 janvier 2021

    Roman autobiographique. Face à face mère/fille. La famille vit en France depuis 1990 après la chute du mur. Bojina, la fille avait 10 ans. En 2014, elle est cinéaste et a le projet de réaliser un documentaire sur ses origines Bulgares, dont Miléna, la mère sera l’héroïne. Bojina, dans son enquête préalable découvre que ses parents, dans les années 80 ont été utilisés par le pouvoir, comme indicateurs. Miléna, la mère était jeune interprète et enregistrée à son insu par la police comme agent. Son nom de code est « Janna ». Pour les besoins du film, la mère accepte dans un premier temps que toutes les rencontres et les conversations soient enregistrées. Dans la réalité, la mère se rétracte souvent, a le sentiment d’être manipulée par sa fille, l’opposition est constante entre les deux protagonistes. Face à la détermination de sa fille qui ira, elle le sait, au bout de son projet malgré ses oppositions, la mère décide d’écrire un livre « Alias Janna » pour défendre son point de vue. L’enquête est captivante et retrace la vie derrière le rideau de fer (surveillance, manque de liberté). Les souvenirs refont surface peu à peu. Mais l’affrontement constant mère/fille dessert l’histoire même si cela se termine par la réconciliation.