Vers la nuit (2016)

Bunisset Isabelle

« Céline. Parler de lui ? Tout a été dit ou presque sur l’écrivain. Qu’on l’aime ou qu’on le déteste, il est là. Incontestable, même lorsqu’il est contesté. Parler pour lui ? Fendre le masque marmoréen du monument, tenter de regarder l’homme derrière, de capter un filet de voix mourante ? Non, il ne s’agit ni de parler pour lui ou comme lui, mais de parler avec lui. Foin du marbre, de la grande statue dont l’ombre elle-même est si immense qu’elle écrase tout. Chair à chair, pour une fois. Se glisser dans les interstices, chercher à les remplir comme le ferait un ami venu le visiter en toute humilité, l’ami fût-il anonyme. Rester au chevet du malade, auquel le temps paraît bien court – et une éternité, pourtant.
Nauséabond, soit. Jusqu’à l’os, parfois. Propre sur lui, rarement. Probe, à sa façon, certainement, vulnérable toujours : Céline, tel qu’en lui-même, tel que je le vois, dans sa nuit, la dernière. »

  • - Année de publication : 2016
  • - Pages : 132
  • - Éditeur : Flammarion
  • - Langue : Français

A propos de l'auteur :

Bunisset Isabelle :

Isabelle Bunisset vit à Bordeaux. Elle a fait une thèse sur la dérision chez Céline et enseigne à l’université de Bordeaux. Elle est, par ailleurs, critique littéraire au journal Sud-Ouest ainsi que chroniqueuse viticole pour Le Figaro Magazine. Vers la nuit est son premier roman

Crédit photo : Claude Gassian

La maison d'édition :

Flammarion :

Flammarion est une maison d'édition française, filiale du groupe Madrigall depuis 2012. Elle réunit plusieurs marques d'édition dont celle qui a donné son nom au groupe, fondée en 1875 sous les arcades du théâtre de l'Odéon puis au n°26 de la rue Racine à Paris. À travers ses marques, Flammarion couvre…

-|5
0 avis
1 Commentaires
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

  • Jean-Luc
    6 février 2017

    parler d’un romancier ce n’est pas comme citer les œuvres de celui-ci. Il s’agit de Céline, auteur détesté ou détestable. Il n’y a que coups de gueule et matraquages. L’écriture est d’une bonne tenue mais parler de cet énergumène m’a pesé, oppressé, rebuté. Ouf ! Je suis arrivé au bout de ce récit, pénible et navrant.