La vraie vie de Cécile G. (2021 )

CAILLAT François

Denis, le narrateur, rencontre Cécile G. à Paris dans les années 60. L’adolescent n’ose rien et le regrette. Il devait la retrouver à Plymouth mais Cécile G. ne vient pas. Depuis, il y pense toujours.

La vie de Denis se fera avec Cécile G. et sans elle : il étudie, fait d’autres rencontres, se marie, a une fille. Toujours il transpose et croit vivre avec Cécile G., jusqu’au jour où il pense la reconnaître dans un parc, jouant avec un enfant qu’elle appelle Denis. La vie secrète reprend, dans les fantasmes, dans les plis, dans la littérature.

  • - Année de publication : 2021
  • - Éditeur : Gallimard
  • - Langue : Français

A propos de l'auteur :

CAILLAT François :

François Caillat, né en 1951, est un réalisateur de documentaires proches de l’essai, dont des portraits d’intellectuels et d’écrivains. La vie secrète de Cécile G. est son premier roman.

(c)-F.-Mantovani-Gallimard

La maison d'édition :

Gallimard :

Les Éditions Gallimard ont été créées en 1911 par Gaston Gallimard, André Gide et Jean Schlumberger. Aujourd'hui, leur catalogue d'environ 30 000 titres, 9000 auteurs et 240 collections, fait de cette maison l'un des leaders de l'édition française.

4|5
1 avis
2 Commentaires
Laisser un commentaire

Répondre à Dima Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

  • Dima
    24 novembre 2021

    Une nouvelle Béatrice . Dénis, le narrateur, a rencontré Cécile dans les années 60. Il n’a jamais osé lui avouer son amour, il a 14 ans .Ils se donnent RDV à Plymouth l’ été, mais ce sera en vain. La vie passe et peu à peu Denis invente la vie de Cécile qui doit à nouveau rencontrer la sienne. Un roman qui se trouble et nous trouble peu à peu , l’ecriture Est belle et on se laisse embarquer.

  • Vincent
    12 février 2022

    François Caillat fait partie de ces grands écrivains des frontières, ou de la frontière, entre les mondes, celui de la réalité des faits, implacable, et celle de la réalité fantasmée. Cette dernière apparaît, durant trente, comme frappée du sceau de l'évidence au personnage narrateur au cours de sa reconquête de son amour d'enfance perdu. Le lecteur sait qu'il est dans une forme de délire mais ne peut retenir son élan d'empathie jusqu'à vouloir émettre un doute. Et si c'était vrai... C'est très fort.