C'était

Condition moderne du travail : au coeur de la capitale, en vue de la Tour Eiffel, avec la pause clope sur le trottoir et les touillettes de la machine à café. Et pas un travail aux mains noires : le code, les bases de données.

Une expérience formelle dérangeante, la netteté de ce qu’on voit, l’abstraction du monde, le quotidien du corps et des paroles, les chefs et le retour chez soi.

Mais à l’inverse, qu’il nous accorde de découvrir, dans ces 53 semaines en 5 fragments, sans jamais dire "je", une mise en écriture résolue, politique et tout aussi coriace, du nouveau visage du monde du travail et des écrans.

Commentaires

j'ai lu 36p/104 je doit encore le finir. jusqu'à la 36 page j'aime bien. 5 etoiles. Bien racconté comment un travail d'employé,
devant un ordinateur, semble pouvoir vider de sens la vie. Vie qui s'accroche comme un brin d'herbe pointant dans une fissure de ciment.