« N’ayez plus la flemme, mais écrivez vite votre lettre » – Témoignage

Depuis la toute première édition du Festival du premier roman, les lycéens correspondent avec les primo-romanciers de la présélection. Une tradition littéraire bien ancrée, aussi profitable aux élèves qui ont l’occasion d’envoyer des lettres à des auteurs à propos d’un roman qu’ils ont lu et qu’ils ont aimé, ou au contraire détesté, qu’aux auteurs qui reçoivent ainsi de nombreux témoignages de la part d’un jeune public.

Mattéo et Nino ont ainsi échangé avec Alexandre Civico – lauréat de la 29ème édition – avant de le rencontrer lors du Festival. Leur correspondance ne s’est cependant pas arrêtée après cela, puisqu’ils ont reçu ce mail, par la suite :

« Cher Nino, merci pour votre message. Je voulais, moi aussi vous écrire (ainsi qu’à Mattéo) pour vous remercier du beau moment passé ensemble et puis le temps a passé, et je suis, un peu comme vous, passé à autre chose… En tout cas, la rencontre était vraiment formidable et c’est en grande partie grâce à vous deux.
Il est très probable que je sois de retour à Chambéry en mai prochain, mais rien n’est officiel pour le moment.
Je vous souhaite une très belle année.
Bien amicalement
Alexandre »

Et c’est ainsi que Mattéo commente ce mail et, plus généralement, les échanges qu’ils ont eus avec l’auteur :

« Voici le mail que Nino et moi avons reçu, cinq mois après notre rencontre avec Alexandre Civico, auteur de La terre sous les ongles. Ce message résume très bien l’état d’esprit des auteurs qui reçoivent chacune de vos lettres. En partageant vos ressentis, vous faites plaisirs à un auteur qui a voulu faire partager son envie d’écrire à de nombreuses personnes. Que ce soit positif, ou négatif (c’était négatif, dans le cas de ma première lettre avec M.Civico, par exemple), la quasi-totalité répondra avec entrain et sera heureux de voir que de jeunes lecteurs s’intéressent à leur livre. Ils échangeront avec plaisir, et auront très envie de découvrir qui se cache derrière ces jolies lettres, lors du festival du premier roman. Puis vous aurez la chance de pouvoir leur parler, de pouvoir rencontrer des personnes accessibles, souriantes, heureuses d’être présentes avec vous, avec tous les spectateurs. Vous pourrez demander des dédicaces un peu spécial, pourrez échanger sur certains points qui vous ont marqué, et même présenter (pour les plus chanceux d’entre vous) le premier roman en présence de l’auteur et devant une centaine de spectateurs ! En bref, c’est une histoire qui ne coûte rien, mais qui peut rapporter énormément…

Alors n’hésitez plus, n’ayez plus la flemme, mais écrivez vite votre lettre ! »

Un beau témoignage de ce que peut devenir le simple envoi d’une lettre à un primo-romancier qui sont, comme le dit si justement Mattéo, toujours prêts à répondre avec enthousiasme aux élèves qui sont, eux, très fiers de pouvoir échanger avec des auteurs et de recevoir des lettres écrites de leur main.

Image : une belle dédicace de Alexandre Civico sur le carnet de correspondance