Une fuite en Egypte (2017)

Philippe De Jonckheere

Une femme meurt dans un accident de voiture, laissant derrière elle deux enfants en bas âge et un compagnon entièrement dépassé qui a bien du mal à faire face.

Il entame une dépression nerveuse, rencontre la femme de sa vie mais ne parvient pas à tomber amoureux d’elle, pense au suicide mais n’est pas assez bricoleur pour cela ; il réapprend à vivre, à composer avec l’absence, à désirer. Comment peut-on accepter, dans la réalité des gestes du quotidien, la disparition brutale d’un être aimé ? Comment revit-on, en imagination et par le biais des autres, le regard de l’entourage, les questions des enfants, la relation qui nous a lié avec une personne que l’on a si bien connue ? Comment se reconstruire en dépit de la culpabilité d’être celui qui demeure ?

Philippe De Jonckheere écrit la perte avec une force et une lucidité rares. Avec une grande délicatesse, une sensibilité à fleur de phrase et un rythme singulier, ce roman traversé  d’éclats d’humour noir restitue l’expérience du deuil dans toute sa crudité ordinaire, révèle la dimension pleinement physique, corporelle, de cette épreuve, et comment, peu à peu, on apprend à la surmonter.

  • - Année de publication : 2017
  • - Pages : 208
  • - Éditeur : Inculte
  • - Langue : Français

A propos de l'auteur :

Philippe De Jonckheere :

Philippe De Jonckheere est né en 1964. Artiste multi-pistes dont on peut appréhender l’étendue désordonnée du travail sur le site internet www.desordre.net, il est aussi l’auteur d’une biographie de Robert Frank.

La maison d'édition :

Inculte :

Les éditions inculte sont nées en 2004 autour d’un collectif d’écrivains, traducteurs et philosophes, qui se sont regroupés afin d’éditer la revue inculte : Bruce Bégout, Arno Bertina, Alexandre Civico, Claro, Mathias Énard, Hélène Gaudy, Maylis de Kerangal, Mathieu Larnaudie, Stéphane Legrand, Charles Recoursé, Nicolas Richard, Oliver Rohe et Jérôme…

5|5
1 avis
1 Commentaires
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

  • D.ma
    6 novembre 2017

    « Roman d’une conscience en proie à la sauvagerie de la perte et à la nécessité de continuer » C E n’est pas une lecture facile mais c’est une lecture qui enrichit, une écriture qu’il tente d’organiser le monde. Les mots’ les phrases sont jetés dans le désordre pour tenter de se réorganiser après le chaos. Je ne suis pas sortie indemne de cette lecture... j’ai été happée par la langue et le thème (sans même m’apercevoir que le point de ponctuation était absent) Faites un effort vous serez récompensés !