Ma reine (2017)

ANDREA Jean-Baptiste

Vallée de l’Asse. Provence. Été 1965.
Il habite une station-service avec ses parents. Les voitures qui passent sont rares. Lui, ce qu’il aime, c’est faire les pleins d’essence et frotter le téléphone de Bakélite pour le faire briller « comme du goudron frais ».
Il ne va plus à l’école. « Génie. Lumière. C’était tout ce que je n’étais pas, on n’arrêtait pas de me le répéter. » Shell est différent.
Puis arrive ce jour. Ce jour où une cigarette change la donne. Et où Shell manque de mettre le feu à la garrigue. Ses parents envisagent de le placer dans un institut spécialisé. Il décide de partir à la guerre pour devenir un homme. Il grimpe le chemin en Z derrière la station. Mais lorsqu’il arrive sur le plateau, nulle guerre ne sévit. Seuls se déploient les odeurs de maquis et un profond silence.
Le premier matin, une silhouette, comme un souffle, surgit devant lui. Cette fille du vent, qui lui demande de l’appeler « ma reine », c’est Viviane. Avec elle, tout s’invente. Le plateau est leur terrain de jeu et l’impossible devient vrai. Shell oscille entre s’abandonner à l’enfance ou écouter cette voix d’adulte qui le rappelle parfois. Il se laisse submerger par ses sensations. Et, comme on se jette du haut d’une falaise, décide d’obéir aux souhaits de sa reine. Par amour. Par jeu. Et insouciance.

  • - Année de publication : 2017
  • - Pages : 240
  • - Éditeur : L'Iconoclaste
  • - Langue : Français

A propos de l'auteur :

ANDREA Jean-Baptiste :

Jean-Baptiste Andrea est né en 1971 à Saint-Germain-en-Laye. Il est réalisateur et scénariste. Ma reine est son premier roman.

La maison d'édition :

L'Iconoclaste :

L’Iconoclaste s’est donné pour projet de mettre le livre au cœur de nos vies. Être Iconoclaste aujourd’hui, c’est choisir la beauté, le sens, une certaine qualité d’être, face au chaos du monde. C’est s’offrir le luxe de la perfection et de la maturation. C’est décider d’éditer peu mais bien, en…

5|5
3 avis
4 Commentaires
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

  • Paola - Groupe Esprit Livre - Turin
    20 décembre 2017

    Un petit bonhomme de 12 ans un peu simplet, un beau matin part « à la guerre » sur le plateau derrière la station-service de ses parents pour leur prouver d’être devenu un homme, et non pas le garçon attardé qu’ils envisagent placer dans un institut spécialisé. Shell (on ne saura jamais son vrai prénom) est un enfant adorable, qui raconte en première personne son existence difficile, entre les moqueries et les brimades de ses copains à l’école, les silences de ses vieux parents et ses rêves d’aventure. Il parle de lui en toute simplicité, il connaît ses limites et s’en accommode, sans se poser trop de questions : c’est comme ça, c’est tout. Sur le plateau fait la connaissance de Viviane, une jeune fille en vacances dans le coin, qui lui impose tout de suite sa personnalité dominante, qui devient sa Reine et pour laquelle il est disposé à tout faire, vraiment tout, tant elle devient importante pour lui. Et elle en profite, avec la cruauté insouciante des enfants, pour voir jusqu’où elle peut pousser son pouvoir sur ce garçon. Ceci pour l’histoire. Mais on ne peut pas raconter ce roman, il faut le lire. Inutile d’essayer de mettre en mots la poésie qui en dégage, ni le regard naïf et innocent que ce gosse différent et tendre pose sur la vie, sur la nature, sur les personnes : l’auteur l’a déjà fait pour nous, avec enchantement, en maniant avec justesse le langage de l’enfance. Quelle merveille ! Un vrai coup de cœur.

  • Colette
    27 décembre 2017

    Un magnifique conte sur la différence et la force de l’imagination, une atmosphère magique où des cabossés de la vie prennent de la hauteur, un roman au parfum du maquis et au souffle du vent, où un gamin complexé et maltraité par ses semblables se met à ressembler à Don Diego de la Vega.

  • Patrizia
    7 janvier 2018

    Touchant, courageux. Génial, c'est un petit garçon qui écrit à la première personne son histoire tourmenté. Mal compris par sa famille, harcelé par ses compagnons, sans amis, il nous raconte de l'amour et de l'amitié, ce que tout le monde poursuit et s'avère difficile à atteindre. L'écriture simple semble jaillir directement de l'esprit et fait l'essence des plus beaux sentiments. Vraiment magnifique

  • Rita
    22 janvier 2018

    j'ai beaucoup aimé la vision du monde de ce petit bonhomme, qui regarde et qui nous regarde et que nous avons l'habitude de regarder, aider, soutenir, mais très rarement imaginer comme quelqu'un avec sa vision, son point de vue, son jugement, certainement différent, probalement bizarre et biscornu mais aussi personnel et vif. Merci de nous avoir changé la perspective.