Jupe et pantalon (2016)

Moulin Julie

Avec l’alacrité d’un Almodóvar et le réalisme magique d’un Boulgakov, voici le récit d’une jeune femme moderne au bord de la crise de nerfs. Où va-t-on ? Telle est la grande question que se posent Marguerite et Mirabelle. Voici trente ans que ces deux jambes portent A., jeune cadre pressée d’en faire toujours plus. Mais plus de quoi ? Travail, enfants, amour ? Marguerite et Mirabelle débattent de leur grande affaire – le destin d’A. – en compagnie des autres parties du corps : Camille le cerveau, Babette la paire de fesses, Boris et Brice les bras. A. chute dans un aéroport, le mari s’en va, la cacophonie guette. Au bord de la crise de nerfs, la jeune femme découvre que son corps en sait plus qu’elle et décide de l’écouter.

  • - Année de publication : 2016
  • - Pages : 297
  • - Éditeur : Alma
  • - Langue : Français

A propos de l'auteur :

Moulin Julie :

Julie Moulin est née en 1979 à Paris. Elle passe son enfance et son adolescence en banlieue parisienne avant de rejoindre Paris lors de ses études à Sciences-Po. Passionnée par la Russie et la langue russe qu’elle étudie depuis l’adolescence, elle effectue de nombreux séjours linguistiques et professionnels en Russie et surtout à Moscou. Après un passage à New York, elle s’installe finalement dans l’Ain, près de la frontière suisse, où elle vit maintenant depuis 13 ans avec son mari et ses trois enfants. Jupe et Pantalonest son premier roman (2016).

Crédit photo : Coline Sentenac

La maison d'édition :

Alma :

Alma (fondée en 2011) publie une vingtaine de titres par an - littérature et sciences humaines. Dans ces deux domaines, l'art du récit donne sa couleur à la manière de voir le monde et de lire l'histoire en train de se faire. L'écriture participe de la vie politique, de la société,…

4|5
3 avis
3 Commentaires
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

  • Martial
    5 décembre 2016

    C’est un très bon roman faisant un pied de nez aux préjugés : jupe pour les filles, pantalon pour les garçons. L’auteur fait aussi parler le mal être d’une façon intéressante en laissant s’exprimer le corps puis la prise de conscience et enfin le réveil de l’être tout entier. A lire jusqu’au bout.

  • tLivrestArts
    6 décembre 2016

    La fantaisie de ce très bon roman repose assurément dans la narration. Donner la parole à une jambe n'est pas banal. Les premières pages sont très surprenantes, voire déstabilisantes, au point de se poser la question de la finalité de cette mise en scène. Mais très vite, j'ai décidé de lâcher prise, de me laisser porter par l'écriture de cette toute jeune écrivaine et j'ai bien fait. Je me suis prise au jeu au point d'avoir un peu de mal à le quitter à l'aube de la 2ème partie ! Ici le corps est roi. Il vit, il sent, il ressent, il exprime son avis sur les réalités du quotidien, les tensions qui y sont liées. Jamais je crois, je n'avais autant pris conscience de mes pieds et de ce que nous leur faisons endurer chaque jour un peu plus. J'avoue que ces derniers jours, j'ai été particulièrement attentive à leur sort et pour cause... On dit que la propension au bonheur d'un pied se mesure à l'écartement entre ses orteils. P. 72 Alors même que nous abordons souvent le corps dans son ensemble, Julie MOULIN s'attache à nous montrer à quel point chaque membre a son identité, sa vie, ses agressions et ses propres moyens de les surmonter. L'image des jambes par exemple est on ne peut plus parlante. C'est une dimension très subtile à laquelle je n'avais pas forcément pensé avant mais qui devient une évidence maintenant. Réfléchissez-y ! Une autre originalité de ce roman repose dans le ton employé. Julie MOULIN use de l'humour sans modération. J'ai beaucoup ri à la lecture de "Jupe et pantalon", c'est suffisamment rare pour le remarquer. La séance d'épilation du maillot est croustillante à l'envi, j'ai adoré ! Mais ne vous y trompez pas, l'heure est grave et s'autoriser à rire de quelques scènes ne réussira pas à cacher le sérieux du sujet... Julie MOULIN nous brosse le portrait de notre société française du XXIème siècle et fait état d'une certaine condition féminine, celle des femmes qui ont des postes à responsabilité, essaient d'être efficaces au travail comme à la maison au risque de survoler l'ensemble et de voir le chateau de cartes lentement s'effondrer. Benoîte GROULT, cette féministe décédée le 21 juin dernier, aurait certainement ri jaune à la lecture de cette satire. La maternité, l'allaitement, les mutations de la vie de couple dans le temps sont autant de sujets abordés par petites touches : L'avenir était devant nous. C'était avec le grand carrefour. Avant que l'amant devienne mari, avant que la femme soit mère, avant que l'envie se mue en rancoeur et que l'insomnie détruise les rêves. P. 135 Mais plus encore, entendre aujourd'hui des propos d'hommes du type : Tu n'as pas une autre jupe ? Ils vont te prendre pour la secrétaire. On croirait que tu pars à la plage. P. 118 l'aurait certainement fait bondir et avec raison. Pourquoi ? Tout simplement parce ce que les femmes risquent d'y laisser leur peau, de faire ce qui est appelé communément maintenant un burn-out. L'écrivaine en fait le sujet de ce roman et pose une question hautement pertinente : [...] Compétence et compétition, est-ce la même chose ? P. 38 " Je crois que je vais vous laisser la méditer ! Personnellement, ce roman m'a bouleversée. J'ai ressenti toute l'intensité du drame et vécu des émotions très fortes. Il s'agit pour moi d'une lecture "Coup de poing", de celles que l'on n'est pas près d'oublier tellement elles nous ont touchés ! A l'issue du roman, Julie MOULIN fait un autoportrait, son itinéraire personnel ayant a priori largement inspiré ce 1er roman. Elle y évoque notamment le statut de business woman, puis de femme au foyer. Pourquoi ne lui offririons-nous pas celui d'écrivaine ?

  • D.ma
    27 décembre 2016

    Le roman est surprenant , original cependant j'ai trouvé La lecture fatigante et un peu penible avec une longue première partie. C'est intelligent mais, pour moi , ça repose trop sur un exercice de style .