Créatures du hasard (2018)

Carballo Lula

Entre récit illustré de photographies et biographie romancée, Créatures du hasard retrace le quotidien d’une enfant de neuf ans, quelque part dans les années quatre-vingt-dix, au cœur d’un quartier populaire d’Amérique du Sud. Les femmes de sa famille vivent en marge de la société. La petite les observe et veut prendre part à leurs activités : Léo, son arrière-grand-mère, joue à la loterie, sa grand-mère Régina mise à la roulette, alors que sa mère préfère les machines à sous de la taverne du coin.

  • - Année de publication : 2018
  • - Pages : 80
  • - Éditeur : Le Cheval d'août
  • - Langue : Français

A propos de l'auteur :

Carballo Lula :

Lula Carballo, originaire de l’Uruguay, a complété une maîtrise en création littéraire à l’UQAM. On retrouve ses poèmes et ses traductions dans les revues Estuaire, Mœbius et dans Poesía México-Quebec, tomo  1 (Écrits des Forges / Universidad nacional autónoma de México). Elle travaille comme interprète de l’espagnol au français à la Commission de l’immigration et du statut de réfugié du Canada.

La maison d'édition :

Le Cheval d'août :

Le Cheval d’août éditeur est dirigé par Geneviève Thibault, fondatrice et ex-éditrice de La Mèche. En 2014, elle crée sa propre structure et s’entoure d’une équipe de grande allure, avec Daniel Canty à la direction artistique, Xavier Coulombe-Murray au design, et Maxime Raymond Bock à la révision.

3|5
2 avis
2 Commentaires
Laisser un commentaire

Répondre à loulouduquesne@yahoo.ca Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

  • loulouduquesne@yahoo.ca
    20 novembre 2018

    très belle écriture. j'ai beaucoup aimé la strucutre du livre.

  • guerbern
    17 janvier 2019

    Un livre difficile sur la vie difficile d'une jeune fille difficile. Le milieu de vie du sujet, son entourage et ses chances de survie en ce monde ne sont pas évidentes. Il faut avoir le moral au moment de cette lecture sinon le cafard est garanti. La maladie mentale semble une porte de sortie acceptable dans de telles conditions. L'écriture de ce livre a quand même dû être libératrice mais salvatrice je n'en suis pas certain...