À travers ciel (2016)

Cattacin Jean-Luc

Un enfant s’éveille au mystère du monde.
En classe, il s’étonne de la taille du cosmos et des nombres qui le mesurent.
Que ses parents le disputent, et il se cache dans les champs de maïs, les genoux peau nue dans la terre séchée par l’été.
Le jour, il traque un vieux sanglier dans la forêt, la nuit dans la rivière un poisson noir et luisant, qu’il croit tapi à l’attendre, sa tête énorme dans l’eau trouble.
Car tout le fascine, le soleil comme la pluie, les animaux comme les adultes qui s’efforcent d’enfouir les secrets têtus qui les lient.

En une suite de scènes qui se font écho, Jean Luc Cattacin nous offre un premier roman enchanté : dans la lignée des grands écrivains du quotidien, un chant de drôlerie, de grâce et de cruauté.

  • - Année de publication : 2016
  • - Pages : 160
  • - Éditeur : Phébus
  • - Langue : Français

A propos de l'auteur :

Cattacin Jean-Luc :

Né en 1962 en banlieue parisienne, Jean Luc Cattacin s’inspire dans À travers ciel de ses vacances d’enfant dans la Marne. Il est également l’auteur des Libérateurs de l’Irlande, un essai paru en 2016 chez Vendémiaire.

La maison d'édition :

Phébus :

Maison d'édition fondée en 1976 par Jean-Pierre Sicre et reprise en 2003 par le groupe Libella, Phébus offre un catalogue exigeant et non-conformiste, marqué par la littérature étrangère. Ce catalogue extraordinaire permet la découverte et la redécouverte d'auteurs étrangers et laisse s'exprimer toutes les voix du monde, classiques (Jack London…

4|5
1 avis
1 Commentaires
Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

  • Adrien
    14 novembre 2016

    J’aime quand une remarquable couverture est en accord avec le contenu. L’auteur nous offre avec ce livre, des tranches d’enfance avec une écriture très simple confinant parfois à une poésie tout à fait remarquable. C’est comme l’enfance : merveilleux mais inquiétant, simple mais mystérieux, universel et éphémère, drôle et bouleversant. Quelques personnages valent vraiment le détour : Réré et sa mobylette (que j’ai imaginé en Bruno Lochet), le boucher et ses jeux de mots puissants, le sadique Surgeron et le cosmique Deligne, Lilian et son usage immodéré des gros mots…